BIENVENUE SUR MON BLOG

BIENVENUE SUR MON BLOG



dimanche 28 juin 2020

APRÈS LA CAMPAGNE


Après une pause de plusieurs mois pour cause de Coronavirus, le deuxième tour des élections municipales a eu lieu aujourd’hui.

Pour moi, c’était une première candidature, répondant à une préoccupation désormais prépondérante. Les constats sont catastrophiques, la situation de la planète est un désastre et il est à craindre que cela ne s’arrange pas si vite. Voir sur ce blog 

Ce n’était pas pour autant mon premier engagement, il y a plus de vingt ans déjà, alors que j’habitais à Roissy-en-France dans le Val-d’Oise, je participais à la commission de l’environnement de la commune, nous en étions au balbutiement du concret, la question tournait autour de la mise en place du tri sélectif et de la communication pédagogique qu’il fallait en faire pour sensibiliser les habitants.
Cette expérience électorale aura été une expérience riche en rencontres, avec des colistiers très investis sur les questions environnementales, notamment dans le milieu associatif, des militants dont je me suis fais une autre idée, des citoyens préoccupés mais convaincus de pouvoir faire bouger les lignes, des électeurs souvent attentifs, parfois hostile ou désabusés.

Présenter un projet, l’argumenter, le défendre rend l’aventure enrichissante.

En revanche, j’ai vécu sans enthousiasme et même avec surprise dans certains cas, l’agressivité et l’aigreur qu’elles soient clairement officielles par des communiqués de presse virulents de ceux qui furent les concurrents du premier tour, ou par des commentaires sur les réseaux sociaux, ou encore par des désinformations diffamatoires (on dit aujourd’hui « fake-news ») venus d’on ne sait où mais projeté d’un fond de caniveau.

Dés le début et jusqu’aux dernières minutes de la campagne (le dernier commentaire Facebook reçu était posté le vendredi soir à 23 heures 57, trois minutes seulement avant le silence imposé) les attaques mesquines se sont multipliées.

Notre tête de liste en a été la cible privilégiée bien entendue, allant de « personnalité controversée » à « opportuniste surfant sur la vague des européennes » en passant par « si vous aviez mieux choisi votre tête de liste vous ne seriez pas à la ramasse » venant parfois de la part de soutiens de la liste socialiste qui n’a pas été qualifié pour le second tour.

Cette campagne de dénigrement est bien éloignée de la présentation d’un projet municipal.

Puis il y eut cette tentative de fusion qui n’avait sans doute d’autre espoir que de légitimer ensuite une victimisation de la gauche niçoise exsangue.

Tout ce que je déteste en politique, tout ce qui fait que des électeurs fuient les urnes.

À l’heure où j’écris ces lignes (nous sommes dimanche après-midi et je ne peux rien publier avant vingt heures), j’ignore si les appels à voter blanc auront porté leurs fruits, espérons que les électeurs auront plus de malice que les ex-candidats.

Pour autant, quel que soit le nombre d’élus écologiques à Nice ce soir, le travail sera long, bon courage à eux.




samedi 16 mai 2020

MERCI



Au début, si le lecteur n’y prend garde, il peut être tenté de lire ce recueil de nouvelles avec légèreté, des dialogues sympas, de textes poétiques et imagés. Mais très vite on reçoit une claque derrière la tête.

Car les nouvelles de Christel GIBILARO sont d’émouvants messages et de bouleversants témoignages.

Chacun trouvera le texte qui lui parlera le plus, et c’est heureux. Personnellement « La lettre du petit frère » a réveillé quelques moments de ma mémoire, puis « Non » m’a ému plus encore quant à « 14.07.2016 », ce texte m’a bouleversé aux larmes, comme souvent sur le sujet.

Merci Christel pour tes mots, ta sensibilité que je découvre chaque jour un peu plus au-delà de tes livres.




MERCI, de Christel GIBILARO, auto-édition, ISBN 9782956418757
Pour le commander, passer par moi, je transmettrais. 

samedi 9 mai 2020

TOUTES BLESSENT, LA DERNIÈRE TUE



Ce roman de Karine Giebel est tout simplement addictif, j’en ai dévoré les 800 pages en quelques jours à peine, tant l’envie de savoir la suite est plus forte que l’envie d’aller dormir même s’il est tard et que demain le réveil sonne !

Outre le style du roman, un thriller, qui le rend forcément haletant, L’auteure pose également le problème de l’esclavage moderne avec un travail de recherche important (plus d’informations sur ce lien).

L’histoire : Tama est une jeune marocaine enlevée (ou achetée) à sa famille et conduite en France sans papiers, elle vivra dans une riche famille parisienne, travaillant du matin au soir, maltraitée, violentée, dormant dans une buanderie. Mais un enfer en cachera un autre.

Parallèlement, Gabriel est un homme solitaire, vivant dans les fins fonds de la Lozère avec ses démons et ses blessures, il découvre un jour une jeune femme amnésique et armée. Qui est-elle ?

Le titre est issu d'un proverbe latin : « Vulnerant Omnes Ultima Necat ». Toutes blessent, la dernière tue. Inscription forte et cruelle de vérité gravée sur les cadrans solaires en référence aux heures qui passent et nous tuent chaque jour.





jeudi 7 mai 2020

ENTRE DEUX



Le cul entre deux choses
Le vers entre deux proses
L’amer entre deux eaux
La cage entre deux zoos

La liberté entre deux chaînes
L’amour entre deux peines
Le jardin entre deux fleurs
L’amour entre deux cœurs

Le feu entre deux braises
Le cul entre deux chaises

Pourquoi toujours entre deux ?
Vivons entier dans un feu
Aimons, aimons encore qui sait
Celui-ci pourrait être le vrai !