BIENVENUE SUR MON BLOG

BIENVENUE SUR MON BLOG



samedi 31 décembre 2016

D’ÊTRE À REBROUSSE-POIL

Puisque c'est d'usage, votre dévoué blogueur ne va pas faillir à la tradition en présentant ses vœux à la nation entière par l'entremise de ce morceau de toile que vous êtes de plus en plus nombreux à venir consulter si j'en crois les statistiques.

Je m'efforce d'être à la hauteur de la tâche qui m'incombe en publiant mes traditionnels avant le Président de la République parce j'ai le sens des priorités.

Ainsi, je souhaite à tous les solitaires une année qui ne soit pas pire que la précédente, ce qui sera déjà pas mal.

Mes pensées autant aimables que courtoises, vont à toutes celles et tous ceux dont on impose des festivités de changement d'année alors qu'ils n'ont rien demandés. Celles et ceux qui seront tout seul ce soir et qui éteindront leur téléphone portable vers vingt-deux heures pour éviter les messages et appels dont l'hypocrisie n'aura d'égal que leur platitude de lieux communs, il sera bien assez tôt demain matin pour lire et écouter tout ça, Celles et ceux qui seront réveillés à minuit dix parce que les joyeusetés imposent de se manifester avec la sonorité d'un klaxon ou quelques braillements éthyliques. Celles et ceux qui devront rendormir les enfants pour l'occasion en se disant qu'ils seraient allez volontiers à cette soirée mais que personne ne pouvaient garder les enfants. Celles et ceux qui sont dans une maison de retraite, une chambre d'hôpital, une prison et qui pensent aux fêtes qu'ils faisaient jadis mais aussi celles et ceux en bonne santé, jeunes et libres qui seront seuls parce que personne n'a pensé ou voulu les inviter.

Cela pourrait être une soirée ordinaire, semblable aux 364 précédentes, mais le mercantilisme n'a pas omis de leur rappeler que c'était les fêtes et qu'il était obligatoire de consommer, certains d'ailleurs l'ont fait avec une demi-bouteille de champagne et une douzaine d'huîtres pour faire comme tout le monde et se sentir moins seul.

Cela pourrait être une soirée ordinaire mais les médias diffuseront en continu l'idée de la fête, à la télévision avec des programmes médiocres, à la radio dans chaque flash d'information, dans les journaux avec des rétrospectives de l'année écoulée, sur les réseaux sociaux et les téléphones avec des messages venant de partout pour peu que le service commercial ait enregistré les coordonnées de leurs victimes.

Et toc.

Je vous embrasse cependant.

lien sur le blog de l'auteur


Allez, je vous même quand même un petit cœur !




lundi 19 décembre 2016

UN GARS À CASQUETTE

Voilà bientôt une semaine que je voulais en parler aux fidèles et de plus en plus nombreux lecteurs de ce blog, mais ma disposition notoire à la procrastination à fait que depuis une semaine, le bougre est déjà passé à la télévision aux heures de grande écoute et a signé aujourd'hui un contrat avec une maison de disques ce dont il n'était pas pourvu.

Ce jeune garçon à casquette se dénomme Gauvain Sers, il se fait connaître en première partie du concert de Renaud, et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert ses textes et sa gouaille.

Sa chanson "Pourvu" m'a fait rire, son titre "Mon fils est parti au Djihad" m'a fait ému aux larmes, un brin de colère aussi avec "Hénin Beaumont". Que demander de plus à un artiste qui vous fait basculer d'un état à l'autre.

J'adore ce garçon de la Creuse qui gagne à être connu !




dimanche 18 décembre 2016

LE SACRE FÉMININ !

Malgré un sol blanchi par le gel à notre arrivée ce matin à Opio, théâtre des championnats départementaux de cross, le soleil a vite dominé la journée sportive.

Plusieurs candidats du club concourraient au cross pour tous, hors championnat, Jean-Pierre, Mathilde, Philippe et moi-même obtenant des résultats très satisfaisants malgré la relative déception de Mathilde d’échouer au pied du podium et la mienne de ne pas m’offrir le luxe de griller la politesse au pilote automobile autrichien Alexander Würz, double vainqueur des 24 heures du Mans, finissant quelques mètres devant moi.

Marie-Claude en revanche fut contrainte à renoncer, dominée par la fatigue et une bronchite.

Puis les enfants ont une nouvelle fois démontrés la promesse d’une relève du club dans les années qui viennent.

Mais c’est sur le cross court que l’équipe féminine composée d’Angélique, Annabel, Elise, Aurélie et Chantal fit sensation. Avec la détermination de donner le meilleur d’elles-mêmes, les cinq s’imposent dans le classement par équipe !


Autant dire que congratulations et effusions n’ont pas manquées !

Nos stars !

Jean-Pierre (photo Claude Eyraud)




jeudi 15 décembre 2016

RENAUD, EN DOUBLE FILE

Renaud l'a souligné avec humour pour s'excuser de sa voix rauque et caverneuse ; "vous n'êtes pas venus pour écouter Céline Dion ou Pavarotti" et il est certain que personne ne s'attendait à un miracle vocal ! Mercredi soir, le vieil anar fatigué, a slamé plus que chanté, en se déplaçant lentement sur la scène d'un Nikaïa rempli d'un public conquis.

Bandana rouge autour du cou pour beaucoup, les six-mille spectateurs ont chanté pour lui -parfois sans lui, des couplets entiers- un répertoire de quatre décennies allant des années titis parigot aux années nostalgiques et tristes mais toujours révoltées et tendres.

Mais le Renard a grand coeur et reversa l'intégralité de sa recette à l'association Promenade des Anges avant de dédier sa chanson "Hyper Cacher" a la jeune Amie, douze ans et demie, l'une des victimes du tragique 14 juillet 2016 à Nice. Le Renard était ému comme son public.

Ajoutant à cela des musiciens talentueux (avec une mention spéciale pour le -notamment- violoniste), un décor vidéo grandiose et un public heureux et enthousiaste, tous les ingrédients y était pour que la soirée fut belle avec mes amis Florence, Dorothée et Pascal.



Les photos de Florence :



dimanche 11 décembre 2016

CROSS AMNESTY 2016

Rien de tel que de joindre l’utile à l’agréable comme aujourd’hui à Valbonne pour ma sixième participation au Cross Amnesty International, dont deuxième sur le cross court après 2014 (j’avais fait l’impasse l’an dernier pour cause de championnat d’Europe de Cross dans le Var).

C’est un parcours nouveau qui attendait les participants cette année avec un circuit particulièrement vallonné.

Généralement les montées me sont favorables mais ma reprise trop récente et ma gestion de course un brin rapide m’ont fait défaut au point culminant de la course. Quatorzième concurrent au bas du vallon, j’avais rétrogradé à la vingt-quatrième place au sommet.

À la faveur d’un sursaut d’orgueil en fin de course je parviens à reprendre quelques positions et surtout me classe troisième de ma catégorie, me permettant ainsi de monter sur le podium pour la deuxième fois à Valbonne !

Cette année, la délégation de Courir à Peillon a porté haut ses couleurs, tant dans les différentes courses que dans les résultats avec sept podiums (Bettina, Franck, Dorothée, Jean-Claude, Angélique, Marie-Claude et moi) pour onze participants, les quatre autres n’ayant pas démérité et obtiennent des résultats à la hauteur de leurs forme et niveau du moment.

Au même moment, loin de là, dans la Creuse, notre ami Olivier battait son record sur dix kilomètres en passant sous la barre des quarante minutes (39’40’’), signe indéniable d’une progression de sa vitesse depuis son arrivée au club, ce dont je me réjouis avec lui !


Après la course et la remise des prix, rien ne s’est passé comme prévu mais l’après-midi fut aussi agréable que la matinée grâce à l’hospitalité et la gentillesse des amis de Dorothée, ma co-voitureuse du jour.




Angélique et son fan club

David et son fan club 

Marie-Claude

Photos de Jérémy




samedi 10 décembre 2016

QUAND PARKING SONNE

De la poésie, des jeux de mots, de la trivialité sans vulgarité, des pensées philosophiques, sont les rouages de l'univers de Gustave Parking qui présentait hier soir au Théâtre des Muses à Monaco son spectacle "De mieux en mieux pareil".

Avec des accessoires insolites allant de la corbeille à papier au globe terrestre en passant par une passoire, une endive, quelques poireaux ou la chaussure d'un spectateur, l'artiste fait participer son public pendant près de deux heures sans une seconde de temps mort. 

S'il parle d'oxymore, il choisit aussi dans le public sa victime innocente ce qui est un pléonasme (comme occis mort), et qui pensez-vous que cette victime fut-elle hier soir ? 

Rassurez-vous, je suis sorti indemne de cette victimisation et j'ai bien récupérer ma chaussure !

Une soirée d'éclat de rire avec tout les ingrédients que j'affectionne. Sans conteste, quand Parking sonne, ce sont les zygomatiques qui tremble !

Merci pour ce moment, comme on dit dans les mauvais livres !


ou sur twitter : @gustaveparking


Un avant-goût du spectacle : 



Quelques unes des répliques (extraite de son livre "Pensées pour rafraîchir") :

"Je suis pour les lapins et le progrès du râble"
"Le Monde va mal mais pas tout le monde"
"L'harmonie municipale permet d'avoir des enfants phares"
"Rien ne se crée sous le soleil, tout secret dans l'ombre"
"Je crois plus à l'acquis qu'à l'inné aussi câlinons nos acquis"

mardi 6 décembre 2016

CROSS DES ÎLES 2016

Prendre un bateau au mois de décembre pour aller passer la journée sur une île, y courir, encourager les nombreux participants de son club et finir par un pique-nique convivial, cela ne peut qu’être une belle journée chaleureuse d’hiver.

Ajoutant à cela le décor de la mer et des montagnes enneigées en arrière-plan cela vaut la peine de s’être levé tôt un dimanche !

Ce sont les enfants qui ouvrent le bal, ceux de Courir à Peillon étaient venus en nombre arpenter les allées de l’île Sainte Marguerite au large de Cannes. Puis les deux ados que j’entraîne se sont confrontées dans leur distance respectives. Si l’une à la fierté d’un excellent résultat obtenu à sa toute première participation, l’autre aura au moins participé ce qui n’est déjà pas si mal. Je ne doute pas qu’elle fera beaucoup mieux avec de la préparation et un brin de motivation supplémentaire probablement.   

Pour ma onzième participation je réalise un résultat plus que convenable en dépit de mon manque d’entraînement, et cette journée est une bonne transition après ma blessure qui n’en finissait et un lourd déboire professionnel désormais derrière moi.


Quelques photos de Jean-Pierre :


Le départ des minimes


Le bonheur de Mathilde et la fierté de son père

Océane et son entraîneur

Encouragements entre deux courses

Le QG de Courir à Peillon

Jérémy et Franck

Les enfants ne sont pas fatigués

Fin de journée