BIENVENUE SUR MON BLOG

BIENVENUE SUR MON BLOG



mercredi 21 juin 2017

RENDEZ-VOUS, LA MARTRE

Le dimanche 25 juin, je participerai à la quatrième fête du livre et de la bande dessinée à La Martre de 9 heures 45 à 18 heures.

Les éditions Valrose seront présentes au grand complet. 

De nombreuses animations sont prévues, conférences, rencontres, dédicaces, spectacles,...

Venez nombreux.


mardi 20 juin 2017

RENDEZ-VOUS, SAINT-ROCH

Je dédicacerai mes livres et rencontrerai mes lecteurs, le samedi 24 juin de 10 heures à 13 heures, Presse du Boulevard, 22 boulevard Saint-Roch à NICE. 

Viviane, libraire indépendante et passionnée, accueillera plusieurs auteurs niçois à l'occasion de cette matinée conviviale.

Venez nombreux !


dimanche 18 juin 2017

DE BONS CONSEILS HYGIÉNISTES

Entre autres activités, j'ai eu l'occasion de faire quelques recherches généalogiques. Pour l'occasion j'ai feuilleté les livrets de familles de la ville de NANTES, qui outre la mention de l'état civil donnaient quelques conseils d'hygiène.



La ville conseillait à mes arrières-grands-parents et ceux de leur génération (en 1900) de cuire leurs aliments et de privilégier l'eau de la ville plutôt que celle du puits.

Déjà, la notion de modération dans la consommation du vin était mise en avant, pour les enfants en revanche, l'âge minimal requis était de quatre ans, le plus tard étant le mieux.

L'apéritif était proscrit, ainsi que rhum et cognac et l'avertissement précisait que "l'alcoolisme prédispose à toutes les maladies en particulier à la tuberculose".



La Santé Publique recommandait alors : "ne crachez jamais par terre, surtout si vous êtes malade", précisant que le tuberculeux ne doit pas embrasser les enfants !

Suivait quelques tarifications des actes en dernière page :


mardi 13 juin 2017

LEYMERGIE ET MOI

Le journaliste télématinal de France 2 quitte la chaîne après vingt-huit années à l’aube cathodique du service public télévisé.

Je n’aurais pas l’audace de dire que je l’ai rencontré, mais le hasard a fait que nos chemins se sont croisés à trois reprises. Le plus anecdotique étant que les lieux et les circonstances étaient chaque fois très différents.

La première fois, c’était le 14 juillet 1987 à Paris, sur les Champs-Elysées. J’étais bidasse à l’époque et c’est bien malgré moi que je me trouvais en ce lieu où le Colonel de mon régiment eut son heure de gloire en étant interviewé en direct par Leymergie alors présentateur du journal de la mi-journée sur la chaîne qui s’appelait à l’époque Antenne 2. L’interview ne portant pas sur les soirées de trouffions à Paris les veilles de Fête Nationale, il ne fut donc pas question de la promenade nocturne de quelques puceaux Rue Saint-Denis à reluquer, faute d’argent, celles que l’on appelait encore des petites infirmières de l’âme.

L’année suivante, début décembre 1988 à Nantes, sur la Place du Commerce. A l’occasion du Téléthon, Leymergie était venu faire quelques animations, dont une course cycliste sur la place de la Petite Hollande entre ses confrères Henri Sannier et feu François-Henri de Virieu, alors présentateur de l’émission politique « L’heure de vérité » (c’est étrange d’écrire les mots « politique » et « vérité » l’un à côté de l’autre).

Longtemps après, il y a deux ou trois ans, il présentait son autobiographie au salon du livre de Nice.

A aucun moment je ne lui ai adressé la parole, pour lui dire quoi ? A aucun moment je ne lui ai demandé d’autographe ou de selfie, pour en faire quoi ?


Mais repenser à tout ça seulement parce que le monsieur quitte France 2, même pas pour prendre sa retraite (il a soixante-dix printemps au compteur), et ben ça ne nous rajeunit pas !


lundi 12 juin 2017

LE VIEIL HOMME ET SON DOUBLE

Les livres circulent, se prêtent, (parfois ne se rendent pas mais ça ce n’est pas bien et la famille W se reconnaitra…).

Ainsi, avec la précieuse amie qui n’en est pas moins ma bienveillante éditrice, il nous arrive de se prêter quelques livres.

Elle fut emballée par la lecture du Vieil homme et son double, en avait exprimé son enthousiasme sur son site et m’avait proposé de partager son plaisir de lecture.

Malheureusement, malgré toute l'amitié qui nous lie, il peut arriver que nous ne soyons pas d’accord.

John Baird un universitaire américain spécialiste d’Hemingway est approché par un faussaire notoire qui lui propose de publier des nouvelles en les faisant passer pour l’œuvre de l’auteur du Vieil homme et la mer. Cela pourra passer pour un canular afin de rabaisser quelques érudits.

Les deux compères perfectionnent la supercherie et trouvant une machine à écrire identique à celle qu’utilisait l’écrivain.

Mais John Baird est assassiné par un sosie d’Hemingway.

Si j’ai aimé l’histoire en elle-même, le style de Joe Haldeman, le thème de la contrefaçon et celui sous-jacent de la guerre du Viêt-Nam, la construction du roman (chaque chapitre porte le titre d’une œuvre d’Hemingway), je n’ai en revanche pas du tout adhéré à l’aspect science-fiction. Sans doute suis-je trop cartésien pour cela.

Le mieux est de vous faire une idée vous-même.



dimanche 11 juin 2017

DE L’ESCARÈNE À FALICON

Un mois après le semi-marathon de Bordeaux, c’est sur les sentiers de l’arrière-pays niçois que je suis allé gambader avec quelques-uns de mes camarades peillonnais. C’était le 14 mai dernier à l’Escarène.

Je ne connaissais pas trop mon niveau de forme mais j’ai vite eu confirmation que mon entraînement était insuffisant lorsque dès la première côte j’eus quelques peines à monter. Pour autant je n’étais pas isolé, faisant la course avec Elise.

Malheureusement, une inattention doublé d’un balisage insuffisant (et signalé à l’organisateur), nous a rallongé d’un bon kilomètre. Pour Elise, cela eu la fâcheuse conséquence de lui faire perdre une place dans le classement féminin. C’était sans compter sur sa volonté, agrémentée de mes encouragements ! Ainsi, Elle reprit sa position sur le podium après une lutte acharnée, faisant honneur à son titre de championne départementale par équipe de cross-country.

L’Escarènoise était la première manche du challenge Pays de Paillon, auquel je participe en l’adossant, à titre personnel, aux défis du sourire de l’association Le Rire Médecin . L’idée étant de faire une collecte de fonds pour cette association.
Toutes les infos c’est par ici : 
Et faire un don avec la carte bleue pour faire monter le compteur, c’est par  : 



Le lundi de Pentecôte, c’est à Falicon que trois représentants du club, Mathilde, Elodie et moi ont grimpés les sentiers jusqu’au Mont Chauve d’Aspremont.

Si les descentes étaient assez roulantes, les coureurs devaient être attentifs aux passages plus techniques où les chutes sont si vite arrivées. Elodie en fera l’amère expérience, sans gravité cependant.


Quant à Mathilde, elle complète les nombreux podiums féminins du club la veille au trail de Grasse en prenant la deuxième place de sa catégorie. 


BIENTÔT, INCESSAMMENT

Les lecteurs de ce blog, assidus de ma vie trépidante, ont eu la délicatesse de ne pas me faire observer qu’il y avait précisément un mois aujourd’hui que je n’avais pas narrer quelques passionnantes anecdotes, joutes sportives acharnées ou lectures captivantes.

Je suis touché par votre absence de reproche mais je suis bien conscient de votre déception par ce laisser-aller depuis mon judicieux billet sur les décibels des voitures électriques de compétition.

Il est vrai qu’entre-temps je suis parti une semaine en vacances chez ma maman, seul, comme cela n’était pas prévu.

J’aurais pu vous raconter mes déboires avec les passagers covoiturés, qui au retour et au-delà m’ont quand même bien gonflé le burnous, voire couru sur le réveille-matin comme on dit outre Rhin (Das geht mir auf den Wecker)

Afin de ne pas vous remonter le gaz au cerveau comme on dit en Algérie (tala3 gaz lerras / طلع الغاز للراس), je vous ai épargné mes analyses politiques relatives aux élections présidentielles, législatives et nomination du nouveau gouvernement. Tiens à ce propos, comment va Richard Ferrand ?


Enfin vous comprendrez aisément, au vu de la photographie ci-dessous, que mon niveau d’activité débordant valait bien une pause rédactionnelle dans ce blog que je ne manquerais pas d’interrompre pas plus tard que sous peu et peut-être même avant si vous êtes sages.